Job de l’ombre #2 : photographe de concert

Tu l’as forcément déjà croisé si tu traînes régulièrement dans les SMAC de Normandie. Peut-être même t’a-t-il déjà pris en photo à une heure avancée dans un état peu avouable au premier rang d’un festival du coin. Petit à petit Harold est devenu un photographe de concert incontournable dans la région. Entretien avec un véritable passionné.

Salut Harold ! Déjà, comment as-tu commencé la photo ?

J’ai débuté il y a 5 ans, mais j’ai toujours été attiré par la photographie… J’ai sauté le pas lorsque j’ai eu des enfants : je voulais leur laisser autre chose comme souvenir que des photos prises avec un téléphone. J’ai donc acheté mon premier boîtier d’occasion et go…

Pourquoi t’es-tu dirigé vers la photographie de concert ? Qu’est-ce qui te plait dans cette activité ?

J’adore la musique. L’ambiance d’une salle de concert ou d’un festival est juste magique, et pouvoir immortaliser ces instants est un vrai privilège. Cela me donne également l’occasion de rencontrer beaucoup d’artistes avec lesquels je reste souvent en contact, certains sont mêmes devenus des amis avec le temps.

©Rorold

As-tu envisagé de devenir professionnel dans le domaine ?

Envisagé oui, mais non. En tout cas pas tout de suite. D’une parce que j’ai une famille à nourrir et que je ne vois pas comment je pourrais me sortir un salaire de cette activité, et de deux car je pense que rester « amateur » me donne plus de liberté dans ce que je fais. Maintenant si on me propose de suivre un groupe en tournée par exemple – tout en étant rémunéré – je tenterais surement l’expérience !

En terme de shooting, as-tu des lieux, manifestations ou artistes préférés ?

En salle, sans conteste Le Normandy à Saint-Lô. D’ailleurs en décembre dernier ils m’ont offert mon badge de photographe de la salle – un super cadeau de Noël ! Les équipes de Factori Crew, Art Plume et Chauffer dans la Noirceur me font également confiance depuis quelques années. Niveau groupes : Iphaze, The Eternal Youth, Headcharger, Noïd, les Stampers, Explicit Silence me connaissait à l’époque où j’étais musicien. Et 9MW, audioFILM, Winfield, Fakear, Poney Crevé, sont devenus des amis grâce à la photo.

À l’heure actuelle beaucoup d’artistes cherchent à contrôler au maximum leur image, as-tu été souvent confronté à des prérogatives un peu étranges ?

J’y suis quelque fois confronté mais heureusement très rarement. On me demande des photos uniquement sur les trois premiers morceaux, pas de certains côtés de la scène, pas de dos, une validation des clichés juste à la fin du concert… Ces exigences ne viennent pas toujours des artistes eux-mêmes mais en général je fais l’impasse sur ce genre de groupes…

©Rorold

Est-ce que le fait que tu sois toi-même musicien t’aide dans ton activité ?

Clairement ! Cela m’a aidé à travailler ma timidité notamment. Je n’ai pas peur de monter sur scène pour prendre une photo finale d’un groupe avec son public derrière par exemple. De « comprendre » la musique me permet aussi d’anticiper beaucoup d’actions, du côté des musiciens comme en terme de lumière.

Quelle a été ta plus belle rencontre ?

Dernièrement le groupe 9MW m’a proposé de partir avec eux au Download Festival pendant trois jours. Je n’avais jamais eu l’occasion de travailler au sein d’une telle structure, c’était énorme ! Mes deux rencontres avec Le Bal des Enragés m’ont aussi beaucoup marqué, ce n’est pas tous les jours qu’on peut shooter des membres de groupes tels que Tagada Jones, Lofofora, Loudblast, Punish Yourself, Black Bomb A sur une même scène ! En backstage l’ambiance était également on ne peut plus rock n’roll !

Question bonus. Pour les photographes qui nous lisent : peux-tu nous parler de ton équipement ?

Mon boîtier principal est un Canon 6D sur lequel est vissé un objectif Tamron SP 24-70mm F/2,8 DIVC USD. J’utilise également un 28mm F/1,8 et un 50mm F/1,4 de chez Canon. Mon boîtier secondaire est un Fujifilm XT-1 utilisé avec une focale fixe équivalente à un 28mm F/2. Il est super pratique pour tout ce qui est photo de backstage !

Retrouvez les photos d’Harold sur Facebook :
https://www.facebook.com/rorold.photographe

www.paulineleclercq.com

Commentaire

Job de l’ombre #2 : photographe de concert

Par Pauline et Thomas Temps de lecture : 4 min
0