Un samedi aux rendez-vous soniques.

On récupère l’A84 sous des trombes d’eaux direction St Lo pour arriver au pied du Normandy, salle mythique pour des générations de popeux.

Inouïes Hip-Hop du Printemps de Bourges 2013, Pumpkin & Vin’s da Cuero – « imprononçable! » – chauffe une salle comble. Nicolas d’Aprigny, le directeur du festival, demande aux barmaids de tenir le rythme. 

Le festival affiche quasi complet depuis 3 jours. Le phénomène du soir s’appelle Angèle et son « Brol » est déjà disque d’or. Pressés de découvrir sur scène la jeune pousse créative depuis sa série de clips postés sur YouTube frôlant la moyenne des 10 millions de vues.

Crédit : Rorold

 « ANGÈLE ! » 

Dans une intro un peu malmenée par une rangée de jeunes filles trop enthousiastes, le premier show de la tournée commence avec « La Thune » et « Balance ton quoi », deux sujets de société qui ont porté la jeune femme au rang des chanteurs pop conscients. Entouré de deux garçons discrets, l’ensemble n’est pas moins poétique tant l’habillage visuel est accrocheur : deux yeux à la fois miroirs et écrans qui réserveront leur lot de surprises… Un set ponctué de reprises avec « Bruxelles » de Dick Annegarn et « Mon amie la rose » de François Hardy, et toutes les générations présentes sont conquises. « Je veux tes yeux » ferme le bal. 1H15 de concert tout de même. Timing peu commun en festival.

Crédit : Rorod

Direction Art Plume. Veik terminait son set un peu plus tôt. Nous croisons les caennais devant Tess Park, ravis de l’accueil saint-lois réservé aux groupes estampillés rock « en anglais ». Le lieu propose une ambiance plus « sage » pour écouter du psyché toute la soirée, les DB en plus. Pause clope, chacun debriefe le concert de l’autre (soupir). Retour dans le bunker. On avait envie de revoir MNNQNS, passé par le tremplin Ricard Live. Cheveux au vent, les rouennais jouent élégamment leur rôle de déménageur normand.

Retour au Normandy. Même fougue adolescente dans la file d’attente. Les rennais de Columbine, biberonnés au cinéma de genre mettront le feu. Leurs vidéos font un carton. L’after de Guts clôturera cette neuvième édition extatique.

J'ai toujours eu l'impression que mes vinyles sonnaient terriblement mieux entre 1h et 4h du matin. Demandez à mes voisins !

Commentaire

Un samedi aux rendez-vous soniques.

Par Ambroise Carrière Temps de lecture : 2 min
0