Nous avons vécu un concert underground caennais !

Quand on souhaite profiter d’un concert, notre réflexe est d’aller sur google ou digitick sans savoir qu’il existe une alternative hors des réseaux traditionnels. On a décidé de plonger dans l’une de ses soirées underground organisées par une figure incontournable de ce milieu. Vous nous suivez ?

IMG_1652
© Benjamin Vernet

Éteins l’abat-jour du salon, on l’allumera pour l’entrée de scène. Ca c’est de la mise en scène mon pote !

Pas besoin de sonner pour rentrer dans la maison qui accueille les trois concerts underground ! L’adresse nous a été révélé que quelques heures plus tôt et pourtant on est invité à nous sentir comme chez nous. On reconnait quelques têtes bien connues de la scène caennaise dans le salon où est improvisée la scène. La trentaine de participants viennent discuter et griller leur clope dans le jardin où cohabite un chat faisant preuve d’une grande sociabilité. Cette même sociabilité fera office de fil rouge toute la soirée.

{pendant l’intro d’un titre, l’un des musiciens tend son téléphone à une personne du public et demande} Tu peux dire à Mathieu comment trouver la maison ?

IMG_1659
© Benjamin Vernet

L’intimité de cette soirée est présente jusque dans la formation acoustique des groupes. Bye bye la batterie, bonjour le tom basse et les congos. Ca n’effraie pas Inaniel Swims qui laisse déborder le flow de sa voix par dessus le micro comme pour rappeler la proximité précaire entre lui et le parterre d’auditeurs. Décidément pas troublé par ce type de formation, le groupe en profite même pour transformer les contraintes techniques en opportunité sortant un Besame Mucho venu de nul part. Magie, des premiers regards amusés et complices sont échangés dans le public. Pari tenu.
Il ne reste plus qu’à nous faire tenir en haleine, pour cela Emmanuel Dupont (celui qui se fait appeler Inaniel Swims) annonce un titre garage avec une guitare saturée et des mouvements agités. Pari confirmé.
La fin du concert arrive plus vite qu’on ne l’aurait voulu avec le titre “Barcelona” relevant une country décomplexée à la Marc Demarco.

IMG_1664
© Benjamin Vernet

Les anglais de Something Anorak et les australiens Rhys Crimmin suivront la voie ouverte. Ça tape plus fort, transformant les quatre murs du salon en une caisse de résonance qui fera filer les minutes jusqu’aux douze coups de minuit.

Il est temps de rentrer, demain c’est jeudi et il y a boulot.

J'ai toujours eu l'impression que mes vinyles sonnaient terriblement mieux entre 1h et 4h du matin. Demandez à mes voisins !

Commentaire

Nous avons vécu un concert underground caennais !…

Par Ambroise Carrière Temps de lecture : 2 min
0