Polaires Noires Productions : Du son à l’image.

Polaires Noires Productions, c’est la rencontre entre deux passionnés de musique. L’un est vidéaste, l’une travaille pour une salle de concert. Qu’est ce qui se cache réellement derrière un clip ? Arthur Shelton et Nancy Tixier nous répondent :

Polaires Noires Productions, c’est avant tout une belle rencontre ?

Arthur :  Oui, la rencontre a fait le projet. On s’est rencontré il y a 6 ans, sur des projets audiovisuels.

Nancy : On a commencé à travailler ensemble sur le Kino Caen. On a bossé en binôme sur un court métrage lié à la musique (CHETIF). On a aimé travailler ensemble, Polaires Noires Productions était donc une suite logique d’allier nos passions communes d’audiovisuel et de musique.

IMG_5992

Vous réalisez des clips, des lives, des captations de concert. Pourquoi cette spécialisation dans la musique ?

Arthur : Je réalise des films, des vidéos en motion design… Mais je fais également de la musique, en composant la bande originale de films, dont celle du long métrage Guillaume la jeunesse du conquérant. Avec Polaires Noires Productions, on se retrouve sur des projets musicaux.

Nancy : Je travaille au Cargö, donc je suis en contact avec les groupesJ’écoute pas mal de groupes locaux et on commence à se connaitre ! Jusqu’à maintenant, on n’a démarché personne. Les groupes sont venus directement vers nous. 

Concrètement, ça se passe comment la réalisation d’un clip ?

Arthur : On discute avec le groupe du morceau, de leur univers, de ce qu’ils recherchent. On liste toutes les idées récoltées.

Nancy : Ensuite, on est en co-réalisation, on écrit tous les deux l’histoire que l’on veut raconter, une ligne directrice des séquences et des plans. Arthur prend en charge la partie technique, c’est lui qui cadre, il connaît le matériel et les contraintes techniques. De mon côté je m’occupe d’avantage de la partie production et j’ai aussi le rôle d’assistante réalisateur en pré-production et sur le tournage (trouver le décor et les autorisations, planning de tournage, contact des comédiens, costumes…).

Arthur : Ensuite, on fait le montage ensemble, on crée un vrai rythme avec les rush. À la fin, on fait un visionnage avec le groupe, pour voir des potentiels ajustements.

IMG_5989

Qu’est ce qui différencie le tournage d’un clip et d’un court-métrage ?

Nancy : On est dans une recherche plus esthétique que narrative. L’enjeu est de raconter une histoire différemment, sans dialogue. On doit faire passer des émotions et faire comprendre des actions sans les expliquer.

Arthur : Le montage est clairement différent, on est beaucoup plus libre ! On peut faire des échanges de séquence plus facilement que dans un court-métrage. On peut aussi diriger les personnes en direct pendant le tournage vu qu’il n’y a pas de prise son.

IMG_5994

Est ce que vous sélectionnez des projets qui vous intéressent personnellement ?

Nancy : On a fait deux clips pour MANDALE qui n’est pas un style que j’écoute personnellement. Mais on a apprécié l’énergie du groupe, leur envie, et les histoires que racontent leurs morceaux. 

Arthur : Nous sommes ouverts à de nombreux projets musicaux de formes différentes : clips, live sessions, documentaires…

J'ai toujours eu l'impression que mes vinyles sonnaient terriblement mieux entre 1h et 4h du matin. Demandez à mes voisins !

Commentaire

Polaires Noires Productions : Du son à l’im…

Par Ambroise Carrière Temps de lecture : 3 min
0